Là où senpai met toutes ses affaires.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Supprimé] Frans Magdaleentje.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GAUTIER SENPAI
Admin
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 14/08/2016

MessageSujet: [Supprimé] Frans Magdaleentje.   Dim 14 Aoû - 15:41




Frans Xherdan Magdaleentje
ÂGE 16 ans
CLASSE B
ANNÉE 5ème année
POUVOIR Transmission des pensées
NATIONALITÉ Hollandais



POWER AND CONTROL


Frans pourrait vous faire salement regretter de trop ouvrir votre gueule : sa transmission de pensées vous fera connaître des envies jamais expérimentées auparavant. Il suffit d'un regard, qu'il vous regarde l'espace d'un instant pour que ses pensées s'infiltrent au travers de votre cerveau - haine, haine, haine, voilà ce qu'il en incombe. De ses seuls yeux, il vous fera comprendre à quel point il est possible que l'on puisse haïr une entité aussi pitoyable que vous - à quel point il répugne la personne que vous êtes, et à quel point il pense que tout le monde devrait en faire de même. Il n'y a pas d'écart à faire chez Frans : l'honnêteté est toujours de mise et quand il n'aura pas envie de parler, il vous enverra juste la cruelle et sincère pensée qu'il n'a tout simplement pas envie de perdre du temps avec vous. Il est insupportable, Frans, mais il fait quand même des efforts. Il s'en sert parfois gentiment de son pouvoir - il envoie quelques images de ce monde à sa tendre Leene à qui la vue manque. Il faut croire que tout le monde a un bon fond.




  TO BE SOMEONE TO BE HUMAN



Personnification même d'un vide sans terme, l'entité exacte représentative de l'impossibilité et du manque de ressenti. Frans est vide oui, Frans ne ressent pas - il vous observe de ses yeux sombres, il vous détaille sans la moindre émotion ; et vous lui rendez son regard, vos yeux tombent dans ces iris indéchiffrables. Frans ne semble pas humain car il n'en est que de l'extérieur, car tout sentiment lui semble inconnu. Il ne crie jamais de joie, ne sourit jamais. Il râle, il s'énerve- il insulte. Il déteste, il peste, il répugne, jamais le hollandais n'a eu l'expérience de la moindre activité sentimentale. Il sauve l'apparence, il se fond dans la masse, il joue le jeu, à sa façon ; Frans ressent pour vous.

C'est vrai, il semble n'être qu'une bête noire enfermée dans un corps d'adolescent à l'allure blafarde et au regard sombre, mais Frans change. Il est tiraillé entre sa vie dénuée de ressenti et l'expérience risquée d'un bonheur auquel pourrait lui faire goûter ses proches, tiraillé vers la normalité par Leene - entraîné vers une humanité qu'il a peur de ne jamais pouvoir dompter. Il se plait Frans, à feindre les bonnes parts de lui-même, à ne pas s'impliquer émotionnellement dans sa vie si normale - si parfaite. Il se plait Frans, à rester un mouton noir parmi tant d'autres, mais lentement, indiscutablement, il voit son poil se blanchir, il sent son
visage se mouvoir de lui-même en accord avec des sentiments qu'il n'avait jamais rencontré auparavant. Il se retrouve lui-même, il s'approche doucement d'une sincérité qu'il n'aurait jamais pensé rencontré auparavant.

Inexorablement, il change.
Il change en bien - grâce à des personnes du Bien.

Seulement, en cette coquille vide dans laquelle on pourrait lire du vide se cache un homme avec la volonté du bien, une machine programmée pour trouver son propre bonheur. Sans modèle paternel, sans soutien maternel, son cerveau avait mit de côté les émotions et l'instinct de survie l'avait guidé de lui-même vers l'autonomie. Frans est débrouillard, de ce fait, et dans ces moments, il se retrouve - il n'a aucune difficulté à se séparer de ses émotions pour prendre la bonne décision. Cruel Frans. Il use de la Raison avant le Coeur, il bafoue ses propres sentiments naissants si c'est nécessaire pour sa propre sûreté. Il est intelligent oui - et il est méfiant oui, c'est pour ça qu'il râle sans cesse. Il déballe des imbécillités, cherche, provoque, déterre, il exprime toute sa rage et son mécontentement, s'insufflant dans la peau d'un râleur inutile et s'écartant de sa vraie nature de méchant aux yeux du monde.

C'est ce qu'il est pour vous - le B chiant, qui râle, le B qui rage, mécontent, le B qui traîne avec l'aveugle en D. C'est un type monocorde à vos yeux, quelqu'un qui ne sert qu'à trop l'ouvrir pour gaver la moitié du pensionnat. Et vous savez, ce rôle lui plaît, il lui plaît énormément. Alors peut-être qu'il est bien plus que ça, peut-être qu'au fond, il a un coeur bon, perdu dans le vide qui semble le submerger, mais il ne veut pas s'écarter de sa nature actuelle. Il ne veut pas changer de vie, de proches - de sa chère Leene ou de Pytha ; deux proches qui semblent, malgré lui, lui arracher des sentiments d'affection. Il ne laisse, dans cette obscurité profonde, que quelques rayons de soleil le frapper - la chaleur la plus agréable qui soit.




YOU LOOK LIKE SHAKIRA

Noir, gris, couleurs sombres symboles du malheur et de la monotonie qui, étrangement, rappellent le caractère de Frans. Un jeune homme autant morne de part son caractère que son physique, et croyez bien que c'est peu dire. Ses cheveux sont noirs, noirs comme Batman qu'il incarne dans son âme, noir comme l'ébène ou comme son coeur semble l'être. Ils sont diffusés en bataille sur sa tête, s'agissant d'une tignasse qu'il ne prend jamais la peine de coiffer. Certaines mèches viennent obstruer sa vue en retombant sur son front devant son visage, d'autres obliquant vers le haut pour lui donner la magnifique coupe d'un mec à peine sorti du lit. Mais vous savez quoi ? Il s'en balance un peu beaucoup, de tout ça.

Son visage en lui-même est des plus effrayants, l'expression de son visage laissant paraître toute l'étendue de son caractère merdique. Une peau étrangement pâle, d'une couleur grise comme la poussière, une teinte qui le rapprocherait de celle d'un cadavre. Ses yeux noirs vous fixent, plantés dans vos propres iris, exemptes de toute compassion, laissant voir en leur travers toute la colère et l'impatience que Frans dégage. Les traits fins de son visage à l'expression toujours dure ne vous laissent malheureusement jamais entrevoir ne serait-ce que l'ombre d'un sourire, sauf si vous avez la chance de vous appeler Leene et de lui coller assez longtemps aux fesses pour qu'il daigne en esquisser un.

Son visage en lui-même, assez rond, n'est pas exempte de défauts, mais mis-à-part ses dents pointues, aucun signe particulier n'apparaît sur celui-ci. Son corps n'a d'ailleurs rien de plus exceptionnel, mis-à-part bien sûr la peau grise qui est présente sur toute la longueur de celui-ci. Non sans en posséder, Frans n'est pas débordant de muscles, ayant un corps plutôt frêle, une morphologie sèche, et une corpulence pour le moins normale - assez fin, sans basculer dans l'anorexie. Un corps bien élancé, l'étirant jusque dans le mètre soixante-quinze, pour environ soixante kilos, sans plus. Ses bras et ses jambes sont assez fins, et nous n'allons pas entrer dans davantage de détails pour éviter de manger une Fransionnisation dans la face, accompagnée de toutes les insultes qu'il connaît et aura très certainement le bon sens de vous lancer.

Pour terminer, il faut savoir qu'au niveau du style vestimentaire, rien de très compliqué. Tee-shirt et pantalon suffisent amplement à notre ami pour s'habiller, ce dernier restant toutefois dans les teintes plutôt sombres. Bien entendu, bonnet et écharpe sont au rendez-vous en hiver, tout ce qu'il faut pour éviter de se ruiner la santé, somme toute. Bref, Frans est aussi coloré qu'une licorne coloriée par un peintre gothique tout juste sorti un culte sataniste.




I WRITE SINS NOT TRAGEDIES

Certains disent que c'est nos actes qui font de nous ce que nous sommes. Peut-être qu'au fond, les épreuves que l'on traverse veillent à nous transformer, pour nous bâtir une personnalité bien spécifique. Frans ne semble pas faire exception à la règle, mais son jeu de garçon grincheux est si bien fait qu'on va jusqu'à se demander s'il ne s'agit pas de sa véritable personnalité. Toutefois, sa vie n'est pas des meilleures, ce qui pourrait expliquer son côté si désagréable qui fait de lui un Grayman. Il est né en Hollande, dans une grande ville dont le narrateur ne connaît pas le nom, ayant la flemme d'aller voir sur Google. Son enfance s'est passée banalement, ses deux parents s'aimant énormément, mais rien ne pouvait rester de marbre vous vous en doutez.

Quelques années passèrent. La mère de Frans avait cessé son travail pour pouvoir s'occuper de lui, si bien que son paternel travaillait davantage pour compenser la perte de budget. Leur vie était convenable, mais malheureusement, tout n'allait pas rester ainsi. Alors que Frans n'avait que cinq ans, son père mourut au cours d'un accident de voiture, alors qu'il rentrait du travail. C'est un drame qui marqua à jamais la famille Magdaleentje, et bouleversa leur mode de vie à jamais. La mère de Frans fut anéantie par cette nouvelle, et ne fut plus jamais la même. Incapable de surmonter ça, elle commença à négliger son fils, à sombrer dans l'alcool et la démence, n'ayant pas le courage de se relever.

Seul, Frans apprit bien vite à se débrouiller seul dans la vie. S'il s'était longtemps maigrement nourri à cause de la nonchalance de sa mère à son égard, il avait apprit à cuisiner seul. Le ménage, le repassage, la cuisine, il avait finalement assimilé toutes ces tâches qu'il avait l'habitude de faire. Il allait à l'école à l'aide de sommes d'argent que lui faisait parvenir régulièrement des membres de sa famille, notamment ses oncles et ses tantes, qui n'avaient pas réussi à redonner la raison à sa mère. Ses études se passaient admirablement bien puisque, conscient de sa mauvaise situation, il voulait redresser la barre en trouvant lui-même, plus tard, un travail avec lequel il puisse vivre et aider sa mère qui l'avait tant aimé, autrefois. Un travail qui puisse changer sa vie, lui permettre enfin de faire quelque chose par lui-même sans être dépendant des autres. Peut-être n'était-ce qu'un rêve d'enfant ? Un petit Hollandais rêveur, grognon, et seul, voilà ce qu'il était.

Les années défilaient lentement aux yeux de Frans pour qui tous les jours semblaient être les mêmes. Rêveur mais excellent élève, bien que doté d'un caractère des plus mauvais et la plupart du temps silencieux, il n'avait pas le temps de s'amuser. Pas le temps de se faire des amis. À l'exception du week-end, il trouvait rapidement un moment à lui où il puisse passer du temps tranquillement, et ce samedi était exceptionnel, puisqu'il avait décidé de sortir.

Avec le peu d'argent qu'il lui restait, il était parti au stand de crêpe, pour se faire un petit plaisir auquel il n'avait pas goûté depuis des années. Il était âgé de 12 ans, à ce moment-là. Il était encore jeune, lorsqu'elle lui apparut pour la première fois, cette fille. Leene. (♥) Elle n'avait pas l'air très gênée, puisqu'elle l'avait doublé sans remords, et il s'était plaint. Tellement que, ne supportant plus ça, elle lui avait volé son porte-monnaie pour lui prendre une crêpe. Elle était aveugle, et elle frappait toute la file avec son bâton, au point de l'en rendre dingue. Manque de chance, c'est ce moment -quand il lui donna son fric- qu'avaient choisi des inconnus pour courir après la demoiselle, forçant cette dernière à s'enfuir. Et forçant bien évidemment Frans à la poursuivre. Après avoir couru et couru, il avait finalement réussi à l'attraper, non sans lui annoncer qu'elle avait réussi à semer ses parents, lui demandant alors de lui redonner son porte-monnaie. Bien sûr, elle lui avait donné le mauvais, après lui avoir fait la bise comme si elle était une vieille ami, et était partie. Ben voyons.

Il ne l'avait pas revue, après. Enfin, il croyait. De toute façon, Frans ne s'était pas gêné pour prendre l'argent dans son porte-feuille. Toutefois, c'est lors de cette année qu'il se découvrit un pouvoir : la transmission de pensée, à force de mauvaises expériences qui n'étaient pas sans avoir trahi sa véritable nature râleuse au travers de transferts non-voulus. Si bien qu'il avait fini par être invité au Pensionnat Prismver pour contrôler son pouvoir. Ne désirant pas laisser sa mère seule, c'est lorsque ses grands-parents avaient rassuré s'en occuper qu'il finit par accepter. Il terminerait sa scolarité là-bas et il reviendrait en Hollande, pour avoir une belle vie et pouvoir aider sa mère. C'est finalement dans la file d'entrée du pensionnat qu'il la revit, cette fille aux lunettes rouges - et il ne savait pas pourquoi elle en avait si elle était aveugle. La première année fut difficile, non seulement parce qu'il y assimila l'anglais, mais aussi parce qu'elle ne cessa de le coller.

Finalement, un an après, ils ont apprit à se connaître. Ayant fait muer sa colère en lassitude, il supporte la présence de Leene avec qui il s'entend bien, même s'il ne le dira jamais. Souvent, il aime lui faire découvrir le monde au travers de ses pensées, comme ses lunettes rouges qui lui sont inutiles. Souvent, il aime lui faire plaisir, même s'il est trop grincheux pour dire des choses gentilles. Parce que c'est comme qu'il est, Frans. C'est comme ça qu'est leur relation que vous ne pouvez comprendre et ne comprendrez jamais.



BEHIND THE SCREEN

PSEUDONYME 69
ÂGE 17 ans
SEXE Homme vadorrissement parlant
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? PAPA MAMAN
PERSONNAGE SUR L'AVATAR Karkat Vantas - HOMESTUCK
PETIT MOT DE LA FIN PANTOUFLE
CODE DU FORUM



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://senpaihouse.forumactif.org
GAUTIER SENPAI
Admin
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 14/08/2016

MessageSujet: Re: [Supprimé] Frans Magdaleentje.   Dim 14 Aoû - 15:50



HATERS GONNA HATE SEND 'EM TO THE MOON


Frans Magdaleentje — 18 ans Hollandais/Russe — Classe B Transmission de pensées

SR: Frans, c'est quoi ton pouvoir ?
FM: Pas celui de te faire fermer ta grande gueule malheureusement.

Ca n’a duré qu’un instant. Un éclair, une hésitation, vous pensez de suite à un rêve.
Mais au fond, vous savez tous que c’était réel.
Cette image de chaton toute mignonne qui vous a traversé l’esprit au moment d’entamer votre dissertation sur la pièce que vous avez lu à l’arrache hier va vous hanter l’esprit pendant tout le devoir. Grognement, jet de stylo, et les regards se tournent systématiquement vers l’unique élève concentré, penché sur sa feuille sans un mot, la mine aussi maussade qu’un détenu attendant le terme de sa perpétuité.
Frans. C’est sa faute. Il joue les innocents, la mine surprise, le regard cherchant le sens de cette comédie, mais vous le savez. La seule chose que vous ignorez, c’est si vous ragez parce qu’il joue parfaitement son coup ou parce que, quoique vous fassiez, vous savez que vous n’arriverez pas à prouver sa culpabilité.

Transmission de penseés.
Quel pouvoir de connard.

Il en use, en abuse, et il n’a pas honte. Parce que si Frans est doué dans un domaine, c’est bien troller les autres. Allez, ne me dites pas que cette belle vision de la nana qu’il a vu sur un gros spott de pub hier soir ne vous fait aucun effet pendant que vous marchez dans les couloirs - la plupart des gens sont tellement surpris qu’ils se mangent le mur en amorçant le geste pour l’éviter. Le plus drôle, cependant, c’est ceux qui fantasment, en parlent à voix haute - les préférés du hollandais qui n’a pas fini de leur en faire voir.
Là, vous devez vous dire pour vous soulager qu’au fond, c’est rien de plus qu’une transmission, quelque chose à quoi il a goûté avant de l’offrir aux autres. C’est puéril, ridicule sûrement, mais lui il s’en moque. Frans a beau dire, il n’est pas insensible - c’est juste qu’il serait capable de s’enfoncer la tête dans une cuve de lave si ça pouvait arracher quelques excuses au connard de A mégalo qui lui pourrit ses journées.

Quelque part, c’est une sorte d’auto-destruction. Et ça lui plaît.


— Physique —

SR: T'es quand même vachement pâle, Frans, c'est naturel ?
FM: Ce qui est pas naturel c'est que tu sois aussi con.

• Taille : 1m75.

• Couleur de la peau : Très blanche, blafarde même.

• Couleur des yeux : Noirs.

• Couleur et longueur des cheveux : Noirs, mi-longs, en bataille.

• Style vestimentaire : Des t-shirts noirs en général, des habits peu colorés, et ça lui va plutôt bien.

• Signes distinctifs : Sa tête fait vraiment peur, ses yeux abordent toujours un regard noir et personne ne l'a jamais vu sourire. Il a les dents pointues, la peau si pâle qu'elle en parait grise parfois. Hormis ça, rien à signaler.


— Caractère —

SR: En fait les gens avaient raison, t'es vraiment insupportable comme mec.
FM: Par pitié, pour ne serait-ce qu'une putain de seconde, pourrais-tu avoir l'obligeance de fermer l'horreur qui te sert de grande gueule.

Frans renvoit à lui seul tous les gens vulgaires dans la catégorie des enfants bien élevés.
Il est souvent considéré comme insupportable, asocial, complètement con ou juste nonchalant, et c’est souvent le cas. Frans c’est ce gars qui ne sourit jamais, sauf quelques rictus ironiques pour vous provoquer, le gars qu’on n’arrive pas à comprendre à moins que lui ne décide de s’ouvrir à vous. Il rentre dans ce schéma typique du gamin qui intériorise ses émotions et refus d’avouer qu’il apprécie les gens, mais croyez-moi, Frans c’est bien plus que ça. Parce qu’au fond, derrière cet air grognon et ces tas d’insultes, c’est quelqu’un de mature et de réfléchi.

Riez oui. Il est loin de le paraître et ne fait rien pour, ça n’en est pas moins la vérité. Peut-être pas un coeur d’or, c’est vrai, mais un grand sens moral. Il sait Frans, il voit la rancoeur dans les yeux des rouges, toise avec animosité toute l’arrogance des violets - il aborde avec fierté la cravate bleutée qu’il a toujours su garder, malgré ces départs et ces absences répétées. Aider les autres, la nouvelle vocation des B - et peut-être qu’il n’est pas un exemple de respect ou d’humanité, mais Frans reste honorable et dispose d’un certain sens de la justice.

Deux gamins se disputent pour un ballon de foot ?
Frans va débarquer et le crever d’un bon coup de pied ; plus de dispute.

Alors oui, on le voit souvent comme le mouton noir, l’emmerdeur de la classe, mais Frans n’en a que faire. Quelque part ces gens-là n’ont pas tort, parce qu’une part de lui prend plaisir à s’en prendre à ceux qui le méritent. Qui a dit que la justice de Frans était exemplaire ? A la solution pour la paix dans le monde, Frans propose des punitions pour les connards en tout genre. C’est d’ailleurs lui, lui et son cynisme, lui et sa vulgarité, lui et sa ruse qui s'attellent à se venger des mauvaises personnes par tous les moyens possibles. Rabaisse-les Frans, punis-les, c’est un justicier, quelque part - parce que, lorsqu’on le voit snober le délégué de la classe et ses grands principes tandis qu’il déverse un dictionnaire d’insultes à l’égard de la personne qui l’a contrarié, on comprend que cet hollandais, à défaut d’être volant, n’est pas non plus un grand justicier.

Il est bien pire que ça. Mais lorsque vous le réalisez, il est déjà trop tard...


Mais au fond, peut-être que vous l’apprécierez. Si vous n’êtes pas susceptible, stupide ou faites l’erreur de réussir votre examen pour aborder une cravate violette, ça devrait aller. Ou jaune d’ailleurs - ah oui, parce que Frans a beaucoup de mal avec le bruit (lui seul a le droit d’en faire en gueulant ses insultes sur les gens) et ces fêtards de jaune sont loin d’être sa classe préférée. Au fond, ses amis sont souvent les bons parce que les gens savent à quoi s’attendre. Frans est honnête, même quand ça implique d’être désagréable - d’un tact avoisinant le zéro, il déballe généralement le fond de sa pensée sans vous y préparer.

En réalité il n’a pas plus de défauts qu’un autre. C’est peut-être même, au fond, l’un des gars les plus gentils de cette école, s’il ne passait pas son temps à esquiver le contact humain. Frans a un bon fond, c’est vrai, et il ne le cache pas - c’est juste bien plus amusant de se foutre de votre gueule que de sympathiser avec vous. Au bout du compte, il a juste plus de mal que les autres à cacher ses défauts. Supportez-le, apprenez à le connaître et vous verrez. Ce n’est pas un si mauvais gars que ça.


— Histoire —

SR: T'as l'air d'avoir eu une histoire peu commode.
FM: Tu la connaîtras jamais alors ta gueule.


• Lieu de naissance : Russie.
• Situation des parents : Modeste. Son père est parti très tôt, laissant sa mère dans une profonde dépression. Elle était incapable de se débrouiller seule, forçant Frans à devenir autonome très vite. Il a apprit à faire énormément de choses par lui-même.
• Membres de la famille : Sa mère, bien entendu, et sa petite soeur.

• Age et circonstances de découverte du pouvoir : Il a découvert la transmission de pensées à l’âge de 13 ans. C’était lors d’une discussion virulente avec quelques camarades de classe au sujet d’un excellent film qu’ils critiquaient sans avoir vu. Les images de la fin défilaient dans sa tête tandis qu’il leur expliquait vulgairement que le film était génial - et ils lui avaient hurlé au spoil sans raison. Il avait haussé les sourcils, les avait traités de tarés, mais ça avait recommencé plusieurs fois. Sa soeur qui avait su pour ses altercations à l’école alors qu’il s’était contenté de dire que ça ne la regardait pas, ses camarades qui savaient des choses sur sa vie qu’il restait silencieux et se contentait d’y penser sans un bruit.

• Réaction du personnage / de ses proches : Il n’a pas vraiment été surpris. Les gens n’ont pas compris, et, dans leur peur de l’inconnu, ont commencé à l’écarter lentement des groupes. Déjà qu’il n’était pas bien aimé à la base, c’est devenu pire. En résumé, ça n’a pas changé grand chose à sa vie, sinon qu’il était capables de choses incompréhensibles.

• Réaction lors de la récéption de la lettre / de la visite d'un traqueur : La réception de la lettre, c’était vite réglé : il l’a déchirée et il est reparti préparer le dîner. Il n’allait pas abandonner sa mère, mais il a reçu la visite d’un traqueur qui lui a expliqué les choses. Par pure politesse pour le voyage de l’homme jusqu’ici, il a accepté de l’écouter et il a fini par accepter. Il s’est dit qu’avec ce pouvoir, il était capable d’aider les autres, et à contrario, que ça pourrait lui gâcher la vie s’il ne le contrôlait pas.
• Age d'entrée à Prismver : 16 ans.
• Ancienneté à Prismver : 2 ans.

• Déroulement global de l'enfance : Rien d’extraordinaire. Son père est parti quand il était jeune, le laissant s’occuper de sa cadette et de sa mère. Cette dernière faisait le minimum syndical et Frans leur rendait la vie plus facile. Il a toujours été bosseur et respectueux envers les professeurs pour ne pas que sa famille ait des soucis. En revanche, il a eu quelques écarts de conduite, et ne s’entendait pas tellement avec les autres élèves. Il se voyait comme mature et avait donc du mal à supporter ceux qu’ils qualifiaient de gosses.

• Déroulement global de l'adolescence (+événements marquants ?) : Il a rencontré Leene dans la queue d’un vendeur de crêpes, elle s’est tout de suite attachée à lui tandis qu’il la trouvait plutôt insupportable. Il est allé à Prismver peu après, l’a retrouvée là-bas. Frans n’est pas resté longtemps, à deux mois de la fin de l’année il est reparti chez lui à cause de sa mère. Finalement décédée, il s’est occupé de sa soeur pendant quelques temps, puis d’une décision commune, elle est partie en pension après les vacances d’été.
Leene est partie du pensionnat durant la seconde année. Les raisons, Frans ne s’en rappelle pas. C’était l’unique personne qui parvenait à lui arracher des sourires et il était si dépité qu’il n’avait pas envie de se remonter le moral. Ses notes ont chuté, exempte de motivation pour aider sa mère, et il est tombé en D. C’est ironique qu’il aborde enfin la couleur jaune à présent que Leene n’y était plus. Vers le milieu de l’année, il a demandé à Hercule de lui effacer toute la mémoire concernant cette dernière, puis il est rentré chez lui.

Finalement, sa soeur a découvert son pouvoir pendant les grandes vacances. Surpris et un tantinet triste, Frans a décidé de retourner à Prismver. Il est arrivé un peu après la rentrée, alors que la guerre frappait. Et le voilà, de nouveau en bleu, mais maintenant les Magdaleentje sont deux. Dire qu’un seul, c’était déjà la grosse merde.

• Si le personnage n'est pas nouveau, son avis sur la Guerre des Classes : Il a soutenu Entropy à l’époque, et en qualité de B, il soutient la classe E. Les méthodes violentes ne sont pas de son ressort bien qu’elles ne lui fassent pas peur.

• Autre / à savoir : Il a dit à l’administration qu’il avait eu un accident entraînant des soucis de mémoire. La vérité, c’est qu’il a dit ça pour prévenir les conséquences de l’amnésie qu’il a demandé à Hercule. Il n’en est rien, il a juste oublié Leene.  


— HRP —

Gautier, 18 ans, reboot de Felicia. Je ramène Frans à nouveau, parce que maintenant que la classe B est impliquée, je suis quasiment sûr d'en faire quelque chose. Je vais le jouer un peu différemment, espérant qu'il vous plaira. Voilà Fransony FRV. Et Mony je t'aime.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://senpaihouse.forumactif.org
 
[Supprimé] Frans Magdaleentje.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Frans-Joseph KRAFFT (1727 1795)
» Frans Brüggen
» Récupérer des fichiers supprimés par erreur
» Videos supprimées
» Proposition indécente - Dépot Vente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senpai House :: Fiches v2 :: Personnages supprimés-
Sauter vers: