Là où senpai met toutes ses affaires.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Harrison O. Winchester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GAUTIER SENPAI
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 14/08/2016

MessageSujet: Harrison O. Winchester   Dim 14 Aoû - 19:38

Harrison Orlando Winchester




I see this life like a swinging vine
Swing my heart across the line
And my face is flashing signs
Seek it out and ye shall find
Old, but I'm not that old
Young, but I'm not that bold
I don't think the world is sold
I'm just doing what we're told

i could lie, could lie, could lie
Everything that kills me
makes me feel alive





{
vingt ans
classe A
anglais
hétérosexuel
filière maths
save & reroll





CONSCIENCE PARALLÈLE x La petite merde qui se permettra de dire que ce don n'est pas une malédiction risquera de passer un sale moment. D'ailleurs, peut-être que ce fut déjà le cas - mais elle ne s'en souvient pas. Disons qu'elle ne peut pas s'en souvenir, puisqu'en un sens, ce n'était pas vraiment elle. Mais avant d'entrer dans les détails techniques, expliquons les bases de ce don. Selon la croyance populaire, il y a deux sortes principales d'influences sur le temps : ceux qui sont déjà inclus dans la ligne temporelle et qui mèneront au futur tout tracé, et ceux qui créent des univers parallèles. La bonne réponse est la seconde. Et ce don permet d'avoir conscience de ces univers. En soi ça n'a rien de terrible - il ne s'agit que de quelques rêves ou cauchemars qui montrent à l'utilisateur les lignes temporelles "potentielles". Simplement, on ne voit pas que des belles choses, bien au contraire. De plus, ce don permet de transférer sa conscience dans celle des "soi" des différents univers parallèles et d'agir comme il veut.

Effets secondaires : Maux de tête, cauchemars, fatigue, confusions.


Come on, then. Take mine. Take my memories. But I hope you've got a big appetite because I've lived a long life and I've seen a few things. I saw the birth of the universe and I watched as time ran out, moment by moment, until nothing remained. No time. No space. Just me. I walked in universes where the laws of physics were devised by the mind of a madman. I've watched universes freeze and creations burn. I have seen things you wouldn't believe. I have lost things you will never understand. And I know things, secrets that must never be told and knowledge that must never be spoken. Knowledge that will make parasite gods blaze.






• Taille : 1m80.

• Couleur de la peau : Légèrement bronzée.

• Couleur des yeux : Bleu-gris.

• Couleur et longueur des cheveux : Courts, une coupe militaire - c'est pratique au quotidien et ça fait des économies.

• Style vestimentaire : Normal. Rien de spécifique, des tenues simples et discrètes.

• Signes distinctifs : Rien de spécial, si ce n'est son regard étrange qui lui donne l'air d'avoir tout vu du monde.

• Regard d'autrui : Il fait très sérieux, presque adulte et à vrai dire, il fait peur aux gens.

• Inventaire : Rien de spécifique.
Je suppose qu'il ne serait pas facile pour quelqu'un de comprendre ma mentalité ni ce qui me pousse à adopter une logique si différente des autres. Pourquoi je ne me confie pas, pourquoi je parais tendu même dans les meilleurs instants d'une vie qui semble prendre son courant pacifiste. Je ne suis pas plus intelligent que les autres, j'en sais simplement davantage - car ce pouvoir a modifié ma façon d'être. Je ne mentirai pas en disant que je n'ai jamais été quelqu'un de vraiment affectueux - car si un quelconque événement peut toucher à votre personnalité, rares sont ceux qui modifient votre entière façon d'être. Je n'ai jamais été très ouvert, mais à contrario, je ne me suis jamais caché non plus - et c'est cet aspect que mon pouvoir a touché.
Je n'aime pas les relations. Et j'ai peur des conséquences qu'elles incombent.

Je bois beaucoup. Contrairement à beaucoup de gens, je n'ai pas l'esprit fort, je ne saurai pas outrepasser mes problèmes par une simple prise de conscience - et ça m'est totalement égal. Je n'ai pas la prétention de mieux valoir qu'un autre sous prétexte de ma connaissance et je n'ai pas honte de céder aux tentations de l'alcool du fait de mes problèmes.
Certains me diront pitoyables, d'autres faible ; pour être honnête, les avis divergent tellement que j'ai fini par ne plus m'en soucier - et ce manque total d'intérêt pour le regard des autres est l'une de mes rares qualités.

À vrai dire, je ne saurai pas me décrire. J'ai toujours été peu bavard, assez distant, pudique vis-à-vis de ses sentiments - un garçon peu expressif mais qui demeurait dans la normalité pour autant qu'il n'avait pas de pouvoir. Depuis, tout a changé - et je ne peux décrire ma personnalité davantage que selon les événements qui s'enchaînent. J'ai vu des gens mourir, de nombreuses fois, j'ai vu trop de gens pour garder ne serait-ce que l'once d'une innocence dans mon être - mais je ne suis pas dénué de gentillesse pour autant. Je fais de mon mieux.
Je ne suis pas une mauvaise personne, simplement détruite par des univers entiers - mais ça ne suffira pas à m'enlever l'envie de vivre. Je ne veux pas céder à la pression, même de l'univers entier - car même si je donne parfois l'impression de manquer d'espoir, ce n'est pas le cas ; je ne le permettrai pas.

Londres, il y a de ça vingt ans, une histoire d'amour typique, mais l'une des rares à être sincère. C'est plus ou moins ce qui m'a amené. Mes parents n'ont jamais été modèles, bien au contraire - et le manque de proximité entre les membres de la maison pourrait remettre en question les liens qui les unissent, et pourtant, je n'ai jamais douté que mes vieux s'aimaient. C'est surprenant, compte tenu de la relation que j'entretiens avec eux, et pourtant au début, ça n'avait pas si mal commencé. La plupart des enfants entretiennent des mauvais rapports avec leurs géniteurs du fait que ces derniers gèrent mal, avec leur premier notamment, la relation entre une éducation correcte et la bonne entente avec.
On dit que les enfants ne comprennent pas les sacrifices effectués en leur faveur et vous penserez probablement que c'est le cas pour ma soeur et moi. Elle est arrivée six ans après et je ne sais pas pour quelle raison ils ont décidé d'avoir un autre enfant alors qu'ils avaient des soucis avec leur premier - mais je ne regrette pas qu'ils l'aient fait. J'aime ma petite soeur, et jusque là, je ne détestais pas mes parents - malgré cette absence bien trop pesante et l'incompréhension de les voir se planter à nouveau dans les mêmes choses qui les avaient fait échouer dans mes rapports avec eux.

Une éducation parfaite pour laquelle je devrais presque les remercier en vue de mes bons résultats, et j'aurai presque pu en éprouver de la reconnaissance à leur encontre si je n'avais pas constaté leur manque d'égard pour Cassiopée au fur et à mesure des années. Forcément, tout ce bon monde a bien fait de changer d'approche lorsque ma cadette s'est révélée porteuse d'un cancer - mais nous n'étions pas dupes. Je suppose que je ne me plaindrais pas de constater que nos parents avaient fini par étoffer leurs rapports avec elle - bien que déçu qu'il ait fallu en arriver à de tels conditions.
Bien que je ne l'ai pas laissé paraître, et je n'avais pas besoin de le faire pour que ma cadette le comprenne, tout ça m'affecta beaucoup. Lorsque ma soeur fut frappée aussi par la maladie, je ne fis pas preuve de tant d'empathie - mais cette période de ma vie me fit comprendre l'importance de mes proches. Je ne les négligeais pas, je les visitais autant que je pouvais tout en continuant de mettre à profit mon éducation dans mes études - par égard pour ma mère.

Je suppose qu'il serait hypocrite de critiquer le comportement de mes parents dans cette période. C'était humain. Lorsque ma mère s'en alla quelques temps plus tard, la maison redevint spectaculairement calme - comme le point de rupture d'une vie à partir duquel tout commence à diverger.
Ça n'a jamais été aussi vrai.
On dit que l'humain a soif de connaissance mais je ne suis pas certain qu'il voudrait continuer ses recherches s'il savait où le résultat menait. J'ai découvert mon pouvoir à mes 14 ans, et avec lui, l'existence d'innombrables univers parallèles qui ont d'abord commencé par polluer mes rêves, se dévoilant au travers d'un flux d'informations si absurdes que je ne pouvais pas y croire.

Je pouvais vous raconter la suite de mon histoire mais ça n'aurait aucun sens.
À partir de ce jour, je ne pouvais plus différencier ma réalité des autres.

Je n'étais pas seulement capable de percevoir l'ensemble des univers mais aussi de m'y transporter. En remplaçant la conscience de ma propre personne par la mienne dans ces autres mondes, je pouvais y agir comme bon me semblait - mais il n'y a pas pire que de se réveiller chaque matin avec l'angoisse de savoir si je me trouvais dans ma propre réalité. Il m'a fallu de longs mois pour comprendre l'entièreté de ce don, au cours desquelles j'ai vu ma propre sœur mourir dans l'un de ces univers - par deux fois. Lorsque la troisième se produisit, je ne pus que me tenir immobile, dénué de larme - cherchant du regard ce qui pouvait prouver que ce n'était pas mon propre monde. Peut-être que tout ceci m'a rendu sans cœur - mais je ne voulais pas changer dans celui des autres et je m'en suis éloigné. Comment regarder votre propre sœur dans les yeux lorsque vous avez plusieurs fois observé son cadavre ?
Lorsqu'il est venu, je n'ai même pas voulu discuter avec le traqueur ; l'éventualité de partir loin de ma famille m'intéressait, mais je détestait les principes de cette école. À ce moment, ce n'était pas un pouvoir - c'était une malédiction absurde que je ne voulais que voir disparaître sans chercher à en entendre davantage parler. Embrumé dans la tristesse et la colère, je me contentais de poursuivre mes études, cessant de voir ma famille en dehors des repas rapides que nous partagions - et si je n'avais plus de rapport avec ma famille, le peu de temps passé avec mon père devint explosif.

Je sais que l'alcool n'arrange pas les problèmes, mais je n'étais pas content d'en consommer pour oublier un temps l'étendue du poids de ma connaissance. Encore aujourd'hui. Je n'en dépends pas pour autant, mais je passe la plupart de mes soirées dans un état qui m'empêchait toute réflexion.
Ma soeur a découvert son pouvoir il y a peu de temps. Je me souviens plus comment je l'ai appris, sûrement durant le peu de temps qu'on passait ensemble - car malgré cette prise de distance, je voulais lui faire comprendre que je ne la laisserai pas tomber. Ce fut d'ailleurs ma décision. Et lorsqu'elle choisit d'aller à Prismver, je de l'accompagnais, refusant de la laisser seule.

• L'avis du personnage sur la Guerre des Classes :
• Le personnage soutient-il sa classe ? Ou soutient-il WIP ? No one.

• Si le personnage a entre 18 et 21 ans, sa filière : Mathématiques.
• Si le personnage a entre 18 et 21 ans, ses 4 matières choisies : Économie, cinéma, musique, littérature, sports, théâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://senpaihouse.forumactif.org
 
Harrison O. Winchester
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lou Harrison
» georges harrison
» La douze cordes
» Exotica? ...Bouga Bouga!!!
» Ravi Shankar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senpai House :: Fiches v2 :: Personnages supprimés-
Sauter vers: