Là où senpai met toutes ses affaires.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Loki I. Enderlin

Aller en bas 
AuteurMessage
GAUTIER SENPAI
Admin
avatar

Messages : 182
Date d'inscription : 14/08/2016

MessageSujet: Loki I. Enderlin   Jeu 24 Mai - 19:17



loki icare enderlin

ÂGE 19 ans CLASSE E ANNÉE 7ème (redoublant) NATIONALITÉ Hawaïen GROUPE kiwi

Illusions — Il est particulièrement difficile de cerner les effets de l'illusion étant donné toute la variété de possibilités dont le pouvoir est capable mais ce qui est certain, c'est que les illusions de Loki sont capables d'agir sur différents sens en même temps. Il ne contrôle pas du tout son don, et il est seulement capable de décider quoi faire apparaître. De façon automatique, la plupart de ses illusions se créent loin de lui et sont purement visuelles. Plus l'illusion comporte de détails, plus elle est difficile à maintenir. Les plus puissantes sont celles avec le toucher - et dont l'apparence est plus ou moins bâclée, ce qui est plutôt nul quand il s'agit d'une illusion.
Les effets secondaires sont assez violents. Des maux de tête, des troubles de concentration, quelques malaises et surtout, des insomnies. Pour lui qui dort si peu, ça ne change pas grand chose cela dit.




i'm in love with your personality


Cette fois-ci, je resterai moi-même. C'est ce que je me dis dans mes bonnes périodes, les fois où j'arrive à assembler mes pensées, à sourire, à me comporter comme le "moi" respectable des bons moments. La première fois que je me suis fait la réflexion, ça me semblait facile - contrôler sa respiration en comptant jusqu'à dix, penser à des images simples pour faire partir les nausées, les maux de tête et tous ces signes évocateurs du fait que je glisse lentement hors de mon propre corps pour disparaître de ce monde, comme si ces quelques gestes insignifiants changeaient quelque chose à l'immensité de mon mal. Cette fois-ci, je resterai moi-même, un moi-même qui trouve sa place allongé au milieu des rails du train de l'île, à penser à la facilité avec laquelle tout serait terminé s'il venait à passer. Une seconde de douleur que je ne réaliserai même pas puisque je serai déjà parti loin de toute cette douleur - et les doutes, les périodes, la bataille, plus rien de tout ça n'aurait d'importance. Il ne resterait que mon corps écrasé dans un bruissement écœurant et on reconnaîtrait aux quelques traits restants de mon visage l'identité de ces deux morceaux de corps séparé. Non, ce n'est pas la bonne solution - et je me lève, m'étire et m'écarte d'un pas maussade.
C'est seulement quand je suis moi-même que je pense à la mort et à la façon dont la mienne surviendraient. Pourtant, je fais de mon mieux pour y échapper. Si je m'allonge là, si je grimpe sur les toits, nage en apnée, m'essaie aux sports extrêmes, ce n'est pas pour la sensation ou pour tester mes limites. Je veux simplement rester moi-même, garder le contrôle sur mes propres pensées et ces désirs extrêmes auxquelles personne n'échappe et auxquelles j'ai décidé de donner un peu d'importance. Je veux échapper au "Lane" qui ferme les yeux et attend l'arrivée du train - je veux être celui qui décide de s'écarter des rails parce que, quelle que soit la raison, il aura fait le choix de la vie. Et jusqu'à présent, et tant que je serai en vie, c'est la personne que j'ai décidé d'être.

Je suis aimable, ouvert, plein d'humour. Un peu victime de ma réputation mais assez de personnalité pour ne pas y céder - assez gentil pour s'intéresser aux autres mais trop arrogant pour leur adresser des compliments. Je suis un type normal, ce populaire un peu cliché, je suis cette image menteuse, menteuse, menteuse, parce que c'est le mieux que je puisse me permettre de partager.
Et tout ça est un mensonge invisible pour tous les autres.

En dehors de ma personnalité, je suis un puits de connaissance diverse et souvent inutile. J'aime feuilleter des ouvrages de toute sorte et j'assimile des informations différentes que je garde en tête.
À côté de ça, je serai incapable de répondre à des questions basiques - j'ai beau ne garder à l'esprit que le plus important, la plupart des choses que j'ai lu et retenu ne sont pas plus importantes. Le processus-même d'apprentissage me plaît beaucoup et je m'y attelle de temps à autres, bien qu'il trouve sa limite dans la flemmardise caractéristique des jeunes adultes - et cette occupation n'en est qu'une parmi tant d'autres.
J'aime trouver des endroits calmes à l'égard pour y avoir des réflexions silencieuses. La découverte et l'évolution perpétuelle sont les traits les plus importants de mes occupations puisque j'adore ça - mais ça n'a rien avoir avec un besoin de comprendre (que j'ai d'ailleurs totalement laissé tomber, j'ai bien compris que ce n'était pas mon domaine.) mais l'obsession de laisser ma trace quelque part. L'écriture, c'est quelque chose de concret et ça m'aide à mettre de l'ordre dans mes pensées bordéliques.

Vous l'aurez compris, je suis plutôt simpliste en terme d'attente, je cherche le plaisir immédiat et sincère, en grande partie parce que je ne crois pas qu'il puisse tenir sur la durée - dans mon cas. Je suis attaché au concept de vivre sa vie comme s'ils s'agissaient des derniers jours et je suis dans la recherche et la réflexion perpétuelle de ma propre identité. En soi, je ne déteste pas la vie, au contraire, je l'aime et je veux l'apprécier plus que quiconque, c'est d'ailleurs pour ça que je suis aussi rigide à son égard. Je n'ai pas de rêve parce que je ne sais pas ce que je veux être en dehors de moi-même. Je veux pouvoir m'assumer sans être mal regardé, partager mes pires pensées et pouvoir les évoquer comme un souvenir lointain dont j'aurai réussi à me débarrasser. Mais ce n'est pas possible, alors je mens. D'entre tous, cette caractéristique est la plus présente et je le vois comme un devoir, parce que la vérité n'est pas toujours la solution surtout lorsque le mensonge ne résulte pas de la lâcheté. Je ne mens pas non plus par politesse mais pour préserver les autres de mon identité, de ma façon d'être, de cet égoïsme alors que je sais très bien que l'inverse est ce que je désire vraiment, mais c'est impossible. Et alors, je préfère me contenter de ce maigre bonheur plutôt que d'en perdre l'entièreté.

Maintenant que l'on en vient à mon avis sur le monde, les classes et tout ce qui ne touche pas à mes problèmes personnels, j'aime mieux être clair, je m'en moque totalement. Je suis suffisamment occupé avec moi-même pour m'intéresser à ça et de toute façon, ça ne serait jamais qu'un avis personnel et différent dont les gens ne tiendront pas compte du fait de son auteur. J'ai décidé de rester en dehors de tout cela et je ne me suis même pas fait d'avis sur la question. Je juge chaque personne pour ce qu'elle est et pas pour un groupe d'appartenance parce que ça me semble plus juste, et cette ouverture d'esprit (à ce sujet comme dans beaucoup de domaines.) est ma principale qualité puisque j'ai beaucoup de recul sur les choses. En revanche, mes quelques qualités sont rapidement écrasés par des défauts sujets à paradoxe : cette tolérance eut égard des autres ne se manifeste pas du tout lorsque je pense à ma propre personne. Aussi, si je parviens à être aimable avec les gens, j'ai beaucoup de mal à effacer ma rancœur vis-à-vis de quelqu'un. Globalement, je suis bien trop centré sur moi pour arriver à détourner le regard de mes problèmes et c'est, avec le mensonge, mon plus gros défaut et ce qui me rend si détestable même au regard de mes proches.

Si l'on enlève ce côté bizarre (bien que ce soit justifié, je dois l'admettre - et il se perd dans ma grande popularité.) je suis un garçon normal, voire davantage. Je n'ai pas été parfaitement élevé mais je sais me montrer poli et m'adapter aux situations présentes, dans une certaine mesure. Je suis un gentleman - je sais m'y prendre avec les filles et me rendre intéressant de manière générale. Plus tôt, j'ai évoqué ma mémoire sélective et les nombreuses informations que je retenais - c'est aussi dans ce genre d'optiques. J'aime flirter - les connexions entre différents êtres, la vie comme ce gigantesque arbre nordique aux innombrables branches florissantes. Dans mes changements de style, dans mes flirts, dans ma vie sans réelle personnalité, je me cherche. Je cherche qui je suis, qui je pourrais être, qui plaît aux autres - qui je devrais devenir, qui j'aimerais devenir.

Cette personne, elle n'a rien à voir avec tout cela. Cette personne, elle n'est pas profonde, ne se pose pas de questions sur l'existence, la vie, la sincérité ou l'amitié. Cette personne elle contourne les problèmes comme le cadavre d'un sans abri considéré comme une simple normalité. Cette personne vit, regard caché derrière des lunettes opaques pour en masquer ses émotions, parce que c'est en oubliant les plus gros maux du monde que l'on parvient le mieux à en profiter.
Lie, ça veut dire mensonge.
Il y a tant de choses, vous savez. Il y a tant de choses que j'aime, que j'aimerais partager. Il y a tant de plaisirs uniques, impopulaires, de ce qui ferait mon côté unique et apprécié. Il y a tant de vérité que je cache et que je ne pourrais jamais dévoiler.

And I lie under the lights on my own lies.

it's physical
I had a thought of you,
In solitude without rescue.
Your thoughts are in the pouring rain,
And you feel the way you did before I met you
• Taille : 1m82. Une silhouette fine et musclée, force d'efforts, de sorties, de sport quotidien. Il mérite sa masse musculaire et en terme de compétences sportives, il est bien au-dessus des jeunes de son âge.

• Couleur de la peau : Bronzée, mais légèrement. Loki passait sa vie à l'extérieur et au soleil mais il finissait plus souvent rouge que réellement bronzé. Avec les années, il a gagné une légère teinte mais ça s'arrête là.

• Couleur des yeux : Indéterminée. Il n'a jamais enlevé ses lunettes. Leur opacité est telle qu'on ne sait même pas ce qu'on pourrait trouver là-dessous.

• Couleur et longueur des cheveux : Blonds, courts, parfaitement coiffés. Au niveau de ses cheveux, Loki est impeccable.

• Style vestimentaire : Simple, confortable, moulant - des t-shirts et pulls simples, des jeans, un style à son époque qu'il a étoffé au fil des années et à force de croiser des gens dans l'école.

• Signes distinctifs : Ses lunettes de soleil qu'il porte en PERMANENCE.

• Regard d'autrui : Cool, populaire, beau. Mais il n'a pas cette même aura bienveillante car autour de lui traîne un mystère difficile à percer.

• Inventaire : On peut considérer que ses lunettes en font parti puisque c'est la seule chose qu'il a sur lui en permanence et dont il ne se sépare jamais. Il est très peu matériel mais Loki fait attention à tous les cadeaux qu'on lui fait.





omg omg guyyyz it's story tiiiime !


- Loki. Mon histoire.
- J’ai pas oublié, t’en fais pas. Celle-ci va te plaire !
- Il y a des loups ?!
- Oui, tout ce que tu aimes. Il était une fois...

Loin de tout, sur une île perdue au milieu de l’océan. Il y avait ce troupeau de loups aux yeux ambrés, des animaux gigantesques des anciens temps dont il ne reste presque plus rien. Tu sais, ces bêtes qui régnaient en maîtres avant que les hommes n’arrivent - lorsque la nature avait encore ses droits et que nul n’aurait imaginé s’attaquer à elle. De nos jours, rien de tout cela ne subsiste, et même si leur lieu d’habitat était difficile, ces loups avaient la chance de vivre à l’écart du monde. Ils étaient bien assez inventifs pour vivre de leurs propres règles sans se soucier du reste, mais ils avaient une particularité qui les rendait si différents et les forçaient à se cloîtrer loin de tout. Non, ce n'est pas vraiment ça. Les hommes aussi possédaient des capacités comme ça. Par exemple... faire pousser des fleurs, créer des feux d'artifice ! Les loups les utilisaient ouvertement sur leur île et dans la vie de tous les jours mais ce n'était pas le cas des hommes. Les hommes, eux... ont toujours eu peur de la différence, si bien que même ceux qui ont éveillé leur capacité préféraient ne rien dire et rester dans l'ombre. C'est pour cette raison que les loups ne pouvaient pas sortir. Ils étaient déjà assez effrayants comme ça !


- C’est triste...
- Pas tant que ça. Ils étaient heureux entre eux.

Ils étaient heureux dans cette puissance qui dépassait l’entendement. Et puis, loin de tout, ça aurait pu durer ainsi pour l'éternité. Si tu les avais vu. Leurs crocs gigantesques égalaient la taille du bras d’un homme, leurs puissantes pattes deux tiers de leur corps et une seule d’entre elle aurait suffit à les écrabouiller. Ces êtres avaient-ils besoin de capacités supplémentaires ? Certainement pas. La nature n’est pas faite pour être juste alors les hommes ont décidé de se faire justice eux-même. Les loups étaient pacifistes, pourtant, et s’ils auraient pu être un danger pour le monde extérieur en certaines circonstances, ils étaient heureux ici et ils n’étaient pas désireux de voir un monde qui ne les accueillerait pas. Quelque part, les loups aussi avaient peur de la différence.

Et pourtant, les hommes avaient peur. Ils avaient peur de ces capacités du quotidien, du potentiel sans limite de ces êtres qu’ils régnaient. Alors qu'eux aussi, étaient pareils. Mais ils profitaient de leur secret bien gardé. De plus, les hommes refusaient la possibilité de devoir ployer le genou face à ceux qui les surpassaient. Il n’était pas question que les choses changent, que leur autorité leur soit volée, que le système actuel change au détriment d’une république entre plusieurs espèces. Je t’ai déjà expliqué, tu te rappelles ? Tu te rappelles le monsieur qui nous cherchait l’autre jour ? Tu te rappelles pourquoi ?


- Il jouait à cache-cache ! C’est bien ça, pas vrai ?
Loki ! Le bateau, vite ! Prends ta sœur !
- Voilà ! Ils se sont tellement amusés ensemble que les hommes ont décidé de rester avec eux. Ils ont décidé de vivre ensemble sur leur île.

C'est ainsi que ça devait finir. C'est ainsi que ça finissait toujours.

- Loki.
- Oui ?
- L’île des loups, elle ressemble à la maison ?


Pour Aelan, la petite sœur de Loki, le monde a toujours été beau - du début à la fin. Ce n'est pas sa faute, pour quelqu'un qui a toujours essayé de comprendre mais elle n'a jamais eu les bonnes réponses. Après leur départ de Hawaii, les deux enfants ont eu la chance de tomber sur une personne qui a pris soin d'eux. Le bateau familial a simplement dérivé jusqu'au Mexique où ils ont fait la rencontre, après quelques jours à errer dans les banlieues, une personne curieuse mais pleine de bonté. Ce n'était pas facile - des jours sur un bateau avec si peu de nourriture que ça leur avait valu un séjour à l'hôpital une fois arrivés sur une côte. Du reste, il n'y avait rien, rien pour eux ici, pas d'espoir, jusqu'à ce qu'il arrive. Pour eux, c'était un miracle, pour eux qui n'avaient rien à part un doudou d'enfant et des lunettes de soleil que Loki tenait de son père.
Il avait beau ne pas en avoir l'air, Hamish Beckers était âgé et responsable. Il disait être en pleine voyage sans raison particulière mais c'est un argument dont Loki a toujours douté. Cet homme avait quelque chose de différent. Son regard était trop vieux, triste, comme s'il savait quelque chose que le reste du monde ignorait. Hamish les a recueilli, logé dans une chambre d'hôtel voisine à la sienne et nourri de sa poche - un acte d'une grande générosité qui ne s'expliquait pas. La situation a duré plusieurs semaines durant lesquelles Hamish a appris à Loki les bases de la langue française. Il n'a jamais rien demandé en échange, jamais rien sous-entendu, jamais mal agi à leur égard.

Illégalement ou non, là n'était pas la question, mais Hamish leur a fait faire des papiers. C'était bête mais ce fut un geste très important pour Loki. Il n'était plus "personne", Aelan comptait enfin pour ce monde. Le voyage en avion, l'emménagement dans cette petite maison en France, tout allait pour le mieux. Pour quelqu'un comme Hamish qui changeait d'identité régulièrement - du moins, c'est ce que les différents documents qui traînaient dans la maison en disaient -, créer une identité à deux enfants n'étaient pas un problème. Ils étaient loin de tout, à la campagne - sans doute pour préserver le secret de leur venue ici. Durant des années, tout alla pour le mieux. Loki travaillait pour rattraper son retard scolaire et obtenir une situation par lui-même sans dépendre de Hamish.

Et quelque chose arriva. Cet incendie, il n'était pas prévu. Cet incendie, lorsqu'il rongea toutes les fondations de la maison pour la faire s'écrouler en un temps record, la douleur, la chaleur, tout semblait venu d'un rêve. Loki ne pouvait pas croire qu'après tout ce que Hamish avait fait pour eux, après la fuite, leurs efforts, tout s'écroulerait aussi rapidement. Il ne pouvait pas se dire qu'il suffisait d'un si court laps de temps pour que tout parte en poussière - et il chercha sa sœur, hurla son nom, ne pouvant se résoudre à la laisser seule. L'effet de la fumée et la chaleur lui donnaient une migraine folle et les derniers souvenirs de sa vision floue furent ses pas en direction de l'extérieur de la maison avant qu'il ne tombe dans l'inconscience.
Au matin, son cœur se serra de tristesse. Il regarda autour de lui quelques instants et lorsqu'il la vit se tenir devant lui, sans une égratignure, ce fut une explosion de joie. Aelan était sans doute partie faire un tour dehors lorsque l'incident était survenu, qu'importe, il s'en foutait. L'important, c'est qu'elle était là. L'important, c'est qu'ils soient toujours réunis.

Lorsque Hamish revint, quelques temps plus tard, l'ambiance était différente entre lui et les enfants. Il sentait quelque chose, comme une vérité qui traînait sur le bout de la langue et Loki savait qu'il savait. Ils partageaient ce secret d'une évidence folle et il n'était pas question pour eux de l'évoquer.

- Loki, tu es...
- Ta gueule. Ferme ta gueule.

C'est la première fois qu'il avait manqué de respect à son salvateur, et la dernière fois que ce dernier voulut discuter du sujet. Le secret, il y en avait deux. Et Loki préférait ne pas savoir lequel des deux il avait deviné - lui-même n'était pas certain de vouloir se rendre à l'évidence comme si son cerveau bloquait l'information. Il se mentit à lui-même parce que cette réalité, un incendie comme ça, ce n'était pas possible. Il ne voulait pas y croire - et quelque part, tant qu'il y avait Aelan, il se moquait du reste. Il se moquait bien de savoir où il vivrait tant qu'elle restait à ses côtés.

Hamish ne fut plus le même après tout ça. Il y avait dans son regard une telle culpabilité que Loki n'expliquait pas. Ce qui est certain, c'est qu'il ne les laissa plus jamais seul aussi longtemps et il veilla sur eux. Il laissa Loki respirer - et ce dernier travaillait très bien en autonomie, même si son rythme de travail avait tant baissé que c'en était inquiétant. Depuis ces années, il était comme un père pour eux. Lorsque Loki s'endormait, souvent, il voyait sa sœur se lever pour partir en balade - au début, il en sursautait d'inquiétude et elle finissait par revenir, mais il avait le sentiment qu'elle aimait cette habitude. Cette habitude qui lui avait sauvé la vie.

C'est quelques temps après, alors qu'il avait 17 ans, que Loki découvrit l'existence de son pouvoir. Il ne fut pas plus surpris que ça, et même s'il lui fallut plusieurs jours pour vérifier son authenticité au cours de différents tests (afin de s'assurer qu'il s'agissait de magie et essayer d'en déterminer la nature) il dût se rendre à l'évidence. Ce n'était pas si difficile à admettre, quelque part. Loki s'y attendait - sur son île natale, petit endroit de moins de cent habitants, la plupart des gens en avaient un et n'en cachaient pas l'existence. La création d'illusions n'était pas facile à maîtriser et souvent, il se contentait de matérialiser des animaux de loin. Sa sœur avait une affinité toute particulière avec eux - mais ça n'était pas étonnant. Elle aurait pu s'entendre avec le monde entier. C'était toujours elle qui apportait la bonne humeur dans ce duo, dans ce qu'il restait de la famille. C'est parce qu'elle était toujours là que Loki pouvait continuer à avancer. Un jour, lorsqu'il estima que Loki avait le niveau requis, Hamish décida de lui parler de Prismver. Ce fut d'abord un refus catégorique : il était hors de question qu'il se sépare de sa sœur. Lorsque Hamish expliqua qu'il viendrait également et que Aelan pourrait vivre dans un appartement en ville, Loki revit son opinion. Il songea à la lumière qui se tenait au terminal de ce tunnel sombre et, malgré les inquiétudes, malgré les horreurs, les mensonges et prit la décision de rejoindre Prismver.
Loki est arrivé il y a maintenant 2 ans.


• Si le personnage a entre 18 et 21 ans, sa filière : Psychologie.
• Si le personnage a entre 18 et 21 ans, ses 4 matières choisies : Biologie, histoire, français, journalisme, physique-chimie.

• Autre / à savoir : Vous saurez bientôt.


sinon toi comment ça s'passe

pseudonyme hadès
autres comptes ici ? hadès
âge hadès
sexe hadès
comment avez-vous connu le forum ? hadès
personnage sur l'avatar

Code:
► [b]Dave Strider[/b] ; [i]Homestuck[/i] ★ [url=http://prismver-rpg.forumgratuit.org/u2509]Loki I. Enderlin[/url]

(ne pas retirer les balises code)
petit mot de la fin hadès
code du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://senpaihouse.forumactif.org
 
Loki I. Enderlin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inuzuka et Hyuuga, le lien secret
» Loki
» Henri Bergeron 1925-2000

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senpai House :: Fiches v2-
Sauter vers: